février 9, 2020 9:00

2017 - Cordillère des Andes

 “Comment se faire accueillir par une âme charitable quand t’es pas inspiré et que t’as vraiment pas envie de dormir dehors”.

– “Si, si es la verdad, esa noche es nuestro cumpleaños !

L’anniversaire des 1000 km depuis le début du périple ou l’anniversaire des 100 km parcourus dans la même journée. Il y a TOUJOURS un anniversaire à fêter!

– “Et vous imaginez, qu’on est arrivé là, juste là par hasard, au bout de 100 km, pile devant chez vous, non mais vous vous rendez compte, ça c’est le DESTIN! C’est fou ça… ” 

Voilà des arguments incontestables pour se faire accueillir à bras ouverts, à grand renfort de bonne humeur et de sourires.

Voici l’art et la manière d’aider notre destinée, en mettant de la joie dans notre journée. L’argument de l’anniversaire* EST TOUT BONNEMENT IMPARABLE : il ne laisse jamais notre interlocuteur indifférent et l’invitation ne se fait en général guère attendre… 

 

 

Ainsi, nous avons un jour brandit notre compteur sous les yeux écarquillés d’un restaurateur :

– “Regardez c’est notre anniversaire, ce soir on fête les 1000 premiers km de notre voyage, il faut qu’on fête ça ici, chez vous!
Malheureusement, le tenancier n’avait guère l’air emballé, mais un de ses clients, ayant entendu notre discrète requête s’est levé instantanément, envoyant sa chaise valser derrière lui. Le coquin nous a convié chez lui sans qu’on ait eu le temps de finir notre histoire et nous a fait jouer aux petits chevaux** tout en nous causant des Misérables

– “Conoces la historia de Yean Valyean?”, nous a-t-il demandé.

Une chose est sûre :  4 heures plus tôt, quand on a annoncé notre anniversaire, on s’attendait à tout sauf à chanter et reproduire la danse des canards à la lueur de la bougie avec un p’tit coup dans l’nez!

*Nous utilisons cette astuce seulement quand nos œsophages sont tellement désespérés qu’ils seraient capables de balancer nos estomacs en situation irrégulière….

**Il faut croire que le jeu de petits chevaux est associé à la France!

 

Classés dans :

Cet article a été écrit par Alizée Conraud

Les commentaires sont fermés.